Bricolage : 3 astuces efficaces pour entretenir votre plomberie 

Même si elle est de plus en plus prisée avec l’ascension du DIY, le bricolage n’est pas facile à réaliser pour tout le monde. En plus de demander patience et créativité, elle fait aussi intervenir l’expérience dans de nombreux cas. Vous souhaitez gagner en autonomie quant aux gestes liés à votre système de plomberie ? Voici quelques conseils clés pour un bricolage réussi.

Fabriquer votre propre chauffe-eau solaire

Contrairement au chauffe-eau classique, le chauffe-eau solaire est un dispositif écologique dont le fonctionnement est basé sur une énergie propre et renouvelable qu’est le soleil. De plus, il réduit les émissions de dioxyde de carbone et ne produit aucun déchet environnemental. Mais ce n’est pas tout. En effet, ce thermoaccumulateur écoresponsable favorise aussi l’économie d’énergie et donc d’argent. En choisissant de construire vous-même votre dispositif, vous réalisez des économies supplémentaires en ce qui concerne le prix du matériel lui-même et la main-d’œuvre.

L’installation complète vous demandera au moins 48 heures de travaux et sera entretenue de façon annuelle. Toutefois, pour réussir votre bricolage, vous devez maîtriser parfaitement chacune des étapes de la construction. Autrement, vous finirez quand même par dépenser des frais pour des services de réparation professionnelle.

La première méthode

Il faut savoir que lorsqu’ils sont faits main, les panneaux solaires plans n’ont sûrement pas des performances aussi intéressantes que ceux du commerce. Cependant, leur puissance sera largement suffisante pour répondre à vos besoins en eau chaude (au moins 70 %). Le capteur plan se constitue d’un coffre isolé. À l’intérieur de celui-ci, un absorbeur fait circuler l’eau à réchauffer sous un vitrage. Le vitrage lui-même est l’élément qui conserve la chaleur et garantit donc un bon rendement. Pour cela, il isole la lame d’air placée au-dessus du panneau solaire plan. Pour fabriquer vos panneaux, vous aurez besoin :

  • d’une plaque de cuivre ou d’aluminium pour fixer l’absorbeur ;
  • d’un tube de cuivre recuit pour le serpentin (absorbeur) ;
  • de bois ou d’aluminium pour le cadre ;
  • de laine de roche pour l’isolant ;
  • d’une plaque de verre.

N’oubliez pas de prévoir aussi de la peinture noire résistante à la chaleur. La fabrication commence par la fixation du cuivre recuit sur la plaque d’aluminium ou de cuivre. Assurez-vous que les courbes réalisées ne présentent ni plis ni écrasement pour la constitution du serpentin. Ensuite viennent les étapes ci-après :

  • la construction d’un coffre en bois ou en aluminium (pour y mettre l’isolant) ;
  • la construction de l’absorbant ;
  • la peinture en noir de la plaque de cuivre ou d’aluminium ;
  • et la fermeture du coffre avec une plaque de verre.

À présent, vous pouvez installer les capteurs sur le toit ou au sol (sur un châssis). Veillez à ce que l’étanchéité de votre couverture soit conservée au moment de fixer les pattes de support. Ensuite, posez une pompe de circulation sur le circuit primaire d’arrivée d’eau froide aux capteurs. La pompe sera alimentée par une sonde de température fixée sur le capteur. Cela dit, cette étape ne vous concerne pas si vous fonctionnez par thermosiphon en région hors gel. Ajoutez un vase d’expansion dans tous les cas.

Pour obtenir votre ballon d’eau chaude, il vous faudra un cumulus électricité. Dans ce dernier, la résistance sera remplacée par un serpentin en cuivre recuit. Raccordez ensuite les capteurs DIY avec le ballon d’eau chaude via le tuyau de cuivre. Le même tuyau devra rejoindre la pompe de circulation à son autre extrémité. Pour tester l’efficacité de votre bricole, remplissez le circuit des capteurs avec un mélange d’eau et d’antigel, puis démarrez votre chauffe-eau solaire.

La deuxième méthode

Si vous ne voulez pas fabriquer vous-même les capteurs et le ballon, vous pouvez juste acquérir chez un revendeur : la surface de panneaux solaires thermiques, un ballon de stockage et une pompe. Il ne vous reste plus qu’à monter le tout en fixant les capteurs sur le toit ou au sol puis en raccordant les circuits entre capteurs et ballon. Cela dit, cette technique coûte plus cher.

Réparer une fuite d’eau

Problème très répandu en plomberie, la fuite d’eau nécessite parfois des interventions d’urgence. Mais en attendant l’arrivée des professionnels, les dégâts générés peuvent être assez graves. Toutefois, il suffit souvent de remplacer un élément ou d’utiliser des produits antifuite pour une réparation provisoire efficace.

Couper l’arrivée d’eau générale

Si vous repérez des signes de fuite, couper l’arrivée d’eau générale doit être votre premier réflexe. Cela permet de mettre fin aux écoulements et de prévenir l’aggravation de potentielles fissures. Vous pouvez ensuite purger vos tuyaux en ouvrant tous les robinets et en laissant couler jusqu’à la dernière goutte. Les signes permettant de soupçonner une fuite sont :

  • les taches humides au niveau des murs ;
  • les écoulements d’eau (sur le plan des murs notamment) ;
  • les matériaux déformés (bois, parpaing, enduit au niveau du mur) ;
  • les taches jaunâtres, vertes ou brunes avec des contours marqués sur les murs ou les plafonds.

Ces signes sont facilement repérables au niveau ou près des robinets, des réservoirs de toilette, du chauffe-eau et du réseau de canalisation hors du logement. En ce qui concerne le réseau externe, fermez la valve d’arrivée d’eau et vérifiez si le compteur continue de tourner. Si oui, il y a une fuite.

Déterminer l’origine de la fuite

Peu importent les moyens de dépannage que vous utilisez, la fuite persistera tant que la cause sous-jacente ne sera pas éradiquée. Fréquemment, les fuites sont liées aux causes suivantes :

  • un joint usé ou une soudure détériorée ;
  • un élément mal installé dans le système ;
  • un choc ayant entraîné une détérioration des tuyaux ;
  • la présence de matériel inadapté à votre installation de base.

Pour résoudre temporairement ou définitivement ces problèmes, vous pouvez faire usage des moyens suivants.

  • La pâte à reboucher : nettoyez et séchez la zone à reboucher, puis appliquez la pâte autour du tuyau en la pressant et en lissant. Au bout de quelques heures, réactivez le circuit pour vérifier si le bouchon fonctionne.
  • La bande antifuite : elle est aussi utilisée pour les fuites d’eau sur tuyau. En présence de fissures ou de soudure ayant lâché, vous pouvez appliquer la bande (ruban de résine) sur le tuyau pour stopper la fuite de façon provisoire. N’oubliez pas d’enfiler une paire de gants avant de le faire.
  • Le resserrage : lorsque la fuite d’eau se situe sur un raccordement entre deux tuyaux, vous avez besoin de deux clés à molette adaptées. L’une d’elles doit maintenir le raccord mâle stable pour que vous puissiez utiliser la seconde pour serrer le raccord femelle.

Changer le joint peut s’avérer efficace lorsque cette dernière technique n’arrête pas la fuite. Mais si malgré tout la fuite persiste, il vaut mieux faire appel à un plombier dans l’immédiat.

Rénover une ancienne douche

Pour des raisons de praticité ou d’esthétique, il peut être nécessaire de rénover une ancienne salle d’eau (ou salle de bains). Voici donc quelques astuces dont vous pouvez user pour le faire vous-même.

La rénovation d’une douche avec des panneaux muraux étanches

Lorsque vous n’êtes pas un bricoleur confirmé, les panneaux muraux constituent la solution la plus adaptée. Par la même occasion, cette solution vous évite de devoir enchaîner de grands travaux dans votre salle de bains (ou d’eau). Pour autant, le résultat obtenu demeure esthétique et qualitatif. Les panneaux étanches se déclinent en diverses formes : résine, acrylique, imitation bois ou pierre, stratifié haute pression, résine composite, solide surface, polyuréthane, verre, grès cérame, etc. La différence entre ces matériaux réside dans le rendu esthétique, mais aussi dans leurs propriétés. Renseignez-vous donc sur ces détails pour choisir les panneaux muraux qui vous conviennent.

Les panneaux muraux étanches se posent à la place de l’ancien carrelage pour habiller les surfaces de la douche. Vous avez aussi la possibilité de les mettre au-dessus de l’ancien carrelage pour des raisons esthétiques. Pour cela, l’ancien carrelage doit être en bon état. Les panneaux muraux étanches sont lisses et sans joints. Ils sont faciles à entretenir et protègent correctement votre douche de l’humidité et de l’infiltration. Afin d’en acheter une quantité suffisante, mesurez les surfaces de votre salle de bains (ou d’eau) que vous souhaitez recouvrir.

La rénovation de votre ancienne douche avec des enduits techniques

L’utilisation d’enduits techniques nécessite une certaine maîtrise et se réserve donc aux bricoleurs aguerris. Ces enduits vous permettent d’avoir une douche sans joints tout en effectuant des travaux moins superficiels. Parmi les enduits utilisables, le béton décoratif est le plus répandu en rénovation de salle d’eau (ou de bains). Cet enduit se constitue de ciments, de sables fins, de résines et de pigments naturels. Pour que le produit résiste au temps et soit étanche, des additifs lui sont ajoutés. À l’opposé du béton classique, le béton décoratif est peu épais. Son rendu visuel est donc beaucoup plus design et plus fin.

Lorsque vous prenez la peine d’imperméabiliser et de protéger convenablement cet enduit technique, il se patine élégamment avec le temps. La pose du béton décoratif est assez simple. Mais avant, les murs doivent être étanches. Si le béton décoratif ne vous ravit pas, vous pouvez vous tourner vers l’enduit à effet tadelakt, l’enduit stuc ou stucco ou encore les enduits décoratifs à la chaux.

A propos de l'auteur: Pierre

Je travaille depuis mes 20 ans de le secteur de la construction. J'ai réalisé ma maison moi-même et même un petit moteur d'avion !

Tu pourrais aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *